construction foyer csavas

Asociatia Culturala Nadara

L’association culturelle « Nadara » qui veut dire « n’est pas peur » en langue Romanes, langue des roms est active sur le terrain depuis 2001. L’association travaille avec et pour les roms afin de trouver les solutions à un développement durablesocial, économique, et culturel.

Le programme de développement communautaire a commencé par la réalisations de projets concrets tels que la construction du foyer culturel, du puits, de la route; l’organisation de tournées et de manifestations culturelles, grâce aux soutien de nombreuses personnes et à l’investissement des Roms.


Dans le cadre des projets de l’association se sont les réels besoins des roms qui sont présentés et des solutions clairement proposées par eux.
Actifs et résponsables dans le cadre associatif les roms se sentent ainsi membres de la société dans laquelle ils vivent.

Suite à des actions réalisées, dans un quartier rom trés défavorisé d’un village de Transylvanie: Csávás, des musiciens nomades français « la compagnie Croque mule » ont décidé de fonder avec les les musiciens de Csàvàs, l’association culturelle « Nadara ».

L’activité première de l’association est de promouvoir la culture rom, favoriser des échanges inter-culturels et utiliser les arts comme outils de développement social. L’association mène aussi des projets pour répondre aux besoins d’urgence de la communauté.

Bénéficiaires

110 familles défavorisées sont bénéficiares de nos actions soit plus de 400 personnes dont 250 enfants de moins de 16 ans vivant dans la Tziganie de Szàszcsàvàs (quartier rom aux abords du villages).


 Les projets favorisent aussi une meilleure entente avec les autres habitants roumains et hongrois du village et des villages allentours.

Pour maintenir nos activités et agir avec efficacité nous avons besoins de soutiens techniques et financiers, de contacts avec des individus et des associations interressés par nos projets.

Chaque don, même modeste permet à l’association d’éxister et d’engager des actions concrètes auprès des plus défavorisés et de promouvoir la culture rom de Transylvanie.

Si vous souhaitez soutenir nos projets, et participer à leur élaboration, vous pouvez adhérer à l’association, faire un don et/ou devenir bénévole en France ou en Roumanie

Enfants roms deTransylvanie

La musique et la danse

szaszcsavas band2        nadara1reduite

Szàszcsàvàs Band                                                                 Nadara Orchestra

Un des domaine dans lequel les Roms excellent est la musique, car ne la lisant pas ils ont développer une oreille exceptionnelle, ils jouent à leur manière la musique des pays qu’ils traversent. A la fin du 18ème siècle, les Tsiganes furent engagés comme musiciens professionnels par les cours féodales. On dit que les musiciens d’alors laissèrent tomber leurs violons quand ils entendirent de quelle fabuleuse manière « les Tsiganes » jouaient . De ce fait, en particulier en Transylvanie, la musique traditionnelle instrumentale est interprétée depuis plus de 200 ans par les roms. Csavas reste l’un des rares villages où les traditions de musique et de danse se sont conservées. 3 ou 4 générations de musiciens sont encore présentes dans le village à ce jour et sont les derniers héritiers des dynasties tsiganes experts des mélodies anciennes.
Les instruments joués traditionnellement à Csavas sont le violon, le bratch (viole d’accompagnement) anciennement le prim’contra, la contre basse et le chant (un des rares villages de Transylvanie où est utilisée la polyphonie). Plus récemment l’accordéon, la guitare et le saxophone sont entrés dans les formations traditionnelles. 
Les musiciens animent les mariages et baptêmes roumains, hongrois et roms de ce fait ils connaissent tous les repertoires qui s’élève à des centaines de morceaux. Les Roms de Csavas sont également d’excellents danseurs. 

Le groupe le plus important est le  » Szászcsávás band  » qui a déjà enregistré plusieurs CD et tourné au Etats Unis , au Japon et fréquemment en Europe. Grace a l’association un nouvel orchestre s’est formé en 2003:  » Nadara Gypsy band  » et est devenu un des groupes fard de l’Europe de l’Est grâce à sa participation dans plusieurs films et plus de 500 concerts partout dans le monde.

Les artisants

artisan2 artisan3 ensemble

Métiers artisanaux pratiqués par les roms, paniers, tapis etc.

Les roms de csàvàs sont de très bons artisants alors que beaucoup d’entre eux sont Lovari (éleveurs/marchands de chevaux), Lautari (musiciens) ou caramidari, métier traditionnel local de fabrication de briques artisanales, la région de Mures ayant été construite en grande partie avec ces briques à l’époque acheté directement aux roms.

D’autres fabrique des panier, des balais et des paillassons qu’ils vendent dans les villages avoisinants. L’association Nadara a décidé de soutenir ces activités et achète régulièrement des objets aux artisans roms afin des les offrir ou les vendre de manière equitable car 90% des bénéfices vont aux artisans.

– Objets offerts avec les adhésions lors de journées spéciales ou vendus de manière équitable. Vous avez la possibilité de commander ces objets en nous écrivant à info@nadara.org. Nous envisageons d’exposer ces objets en France dans des magasins solidaires.

artisan csavas

Activités permanentes:

Organisation de stages et master classes de musiques et de danses transylvaniennes.

gitans_du_monde_031

Aurlien violon IMG_9838 Budapest et transylvanie 211

Nous proposons depuis 2003 des stages, cours et master classes de musique et de danses transylvaniennes. Ces cours sont animé les musiciens de Szászcsávás, reconnu comme derniers détenteurs des musiques anciennes de Transylvanie et les musiciens de Nadara, virtuoses faisant partie des meilleurs musiciens de Transylvanie. Les stages se passent en Roumanie, dans des festivals ou écoles de musiques à l’étranger.

 

Organisation de spectacles et tournées pour la promotion de la culture rom de Transylvanie

Depuis 2003 l’association organise des concerts, spectacles et tournées pour les groupes Nadara Gypsy Band et Szaszcsavas Band.

En dix ans l’association a organisé plus de 500 concerts, plusieurs participation dans des films et fait des tournées à l’international aux Etats Unis, Chine et Japon.

Contact booking: info@nadara.org

Cours de danse gratuits pour les enfants roms

garcons filles

Les premiers cours de danse gratuits pour les enfants Roms ont débutés en Octobre 2001. Les enfants Roms de Csávás travaillent dur afin de devenir danseurs professionnels et suivent régulièrement les cours animés par  » Tocila  » .
Même les jeunes Hongrois du village, curieux de cette nouveauté ont fait la démarche d’assister aux cours. Depuis « Tocila « donne des cours de danse à l’école communale. Il témoigne:
« Avec l’apparition des musiques et danses modernes, nos traditions disparraissent. Avec les cours gratuits tous les enfants ont la possibilité d’apprendre les danses traditionnelles Tsiganes mais aussi hongroises et roumaines. C’est aussi un métier qu’ils aprennent. Les meilleurs d’entre eux deviendront peut être danseurs proffessionnels » Tocila

Organisation de randonnées en charrettes et à cheval pour des groupes de visiteurs.

alex kentaro nl pali kentaro nl szaszcsavas kentaro nl

L’association d’eco tourisme hollandaise Kentaro tour initiée par Agnes Jansen venait régulièrement à Csàvàs pour visiter le village, à cette occasion ils faisaient un repas chez l’habitant dans une famille hongroise où ils pouvaient aussi écouter un concert du Szászcsávás Band. Nous avons proposé à l’organisatrice de rajouter à son programme des balades en charrettes menées par les roms de Csávás, une manière écologique de visiter les environs et d’apporter un revenu supplémentaire aux familles roms. De plus nous avons proposer d’accueillir les groupes d’eco-touristes dans le foyer culturel rom afin de présenter nos actions et projets et un spectacle de danse par les jeunes roms du village. Cette activité se poursuit encore aujourd’hui à chaque visite de Kentaro et d’autres groupes.

Action soutenue par Stichting Netwerk Hongaarse Volksmuziek (Nl.)

Organisation d’échanges interculturels pour la promotion de la culture rom de Transylvanie

pour différents groupes venus d’Europe et d’ailleurs (Hollande, Belgique, Etats Unis)

en : Roumanie, Hongrie, France, Italie, Autriche, Espagne, Hollande, Belgique.

Echanges en partenariat avec Association « Sar-Phirdem », Association, « Atema » (Fr.), Conseil régional de Vrancia (Ro.), Coopérative sociale Arlonlus- Coopérative animazione val d’occo It., Association Utile (Union Tzigane des initiatives

locales et Européennes) (Fr.), cap musique, Fanfare d’Auvergne.

 

Les tsiganes

jeunes rom de csavas

Bohémiens, Roms, Gitans, Tsiganes, Sarrazins, Sintis, Manouches autant d’appellations utilisées sans que l’on en connaisse la signification éxacte .

Il est en effet difficile de s’y retrouver dans l’histoire complexe, la plus part du temps non écrite, de ces populations nomades dont on retrouve trace à partir du 13ème siècle en Iran, ils apparaissent au 14ème siècle en Europe.

Selon les thèses les plus courantes, ces populations nomades viendraient de l’Inde et leur langue serait proche de l’Hindoustani.

Leur itinéraire vers l’Europe passe soit par le Caucase, vers une vaste région qui sera la Roumanie, puis la Hongrie et les pays de l’Europe de l’Ouest. Par le sud ils passeront par l’Egypte, l’Afrique du nord et l’Espagne. 

Actuellement, la langue Romanès est comprise et parlée par 90 % des Tsiganes du monde. Il n’existe aucun recenssement fiable de la population Tsigane malgrés une sédentarisation qui tend à se généraliser.

Les Roms

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le peuple Rom désigne les Tsiganes établis en Europe de l’Est. Le terme Rom signifie homme dans la langue Romanès

Au nombre approximatif de huits millions répartis dans les Balkans, plus de trois millions d’entre eux habitent en Roumanie, soit plus de dix pour cent de la population.

Les changements géopolitiques survenus dans les pays de l’Est à la fin des années quatre-vingt ont accentué la crise économique, engendré la montée des nationalismes et fragilisé la situation des roms.

Les Roms le plus souvent artisans, commerçants ou musiciens, travaillaient à l’époque et pour la plus part d’entre eux dans des fermes de l’état.

A la chute du régime, ils furent les premiers touchés par le chômage et rejetés par la majorité des citoyens qui libéraient ainsi des rancœurs accumulées durant la période communiste.

Les Roms ont alors été sédentarisés de force en obtenant diverses aides des gouvernements qui au fil du temps sont devenues de plus en plus aléatoires, rendant leur situation préoccupante.

Les Roms ont vu leur histoire jalonnée d’épreuves et de persécutions.

Plus de 800 000 roms furent victimes des crimes commis par les Nazis. Par ailleurs, en Serbie comme en Roumanie, nombre d’entre eux furent esclaves jusqu’en 1850.

Situation actuelle des roms en Roumanie

enfants roms csavas3

La situation actuelle des roms en Roumaie est préocupante puisque 40% d’entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté soit avec moins de 2,15€ par jour. Ce qui explique les vagues de migration que l’Europe de l’Ouest observe ces dernières années.

La santé physique des roms est bien plus mauvaise que le reste de la population dans une majorité de pays. L’espérance de vie des roms est de 15 ans de moins que la majorité de la population dans le centre et l’Est de l’Europe.

La pauvreté des roms en Roumanie est à multifacettes: Les roms sont souvent privés des ressources necessaires à des conditions de vie adequates, mais surtout ils n’ont pas acces à l’éducation, à certains postes de travail, aux services sanitaires et sociaux et aux canaux pour être actifs dans la société. 

La population rom est sans cesse discriminé: 
• violences physiques, morales, 
•injustives juridiques,
•discrimination raciste de la part des autorités, 
•crimes racistes impunis, 
•discrimination pour l’acces aux services sociaux, comprenant la discrimination dans l’allocation des fonds publics municipaux pour la réalisation des infrastructures de base (eau, electricité, gaz…), •utilisation systématique de propos racistes par les média ce qui perpétue les stéreotypes et atitudes racistes, 
•nombreux acces limités à une éducation normal pour les enfants roms, discrimination raciste dans les institutions scolaires

et la liste pourrait être encore longue!

Histoire des roms de Roumanie

musiciens csavas3

  • 1370-1371, premier acte retrouvé dans le monastère de Vodita qui mentionne 40 familles roms esclaves offertes au Prince de Serbie.
  • 1570, première atestation de vente d’esclaves musiciens.
  • Depuis des centaines d’années les roms sont les détenteurs des musiques et danses populaires des pays qu’ils habitent, en Roumanie ils ont conservé et amené jusqu’à nos jours les traditions musicales roumaines, hongroises, juives, saxones et tsiganes.
  • 1761, dans un document retrouvé on etablissait le prix officiel des esclaves roms: 30 lei pour un adulte ou jeune bon pour le travail, 10 lei pour un enfant.
  • 1761, la même année dans l’empire de Hasburg fut donné l’interdiction du terme « Tsigane » remplacé par le nom « neubanater », l’ordre fut donné qu’ils reçoivent des terres.
  • 1763, par un ordre de l’empire d’Hasburg, les roms sont forcés d’adopter le costume de la communauté dans laquelle ils vivent.
  • 1766, Interdiction de vendre des enfants roms séparés de leurs parents.
  • 1781, en Transylvanie, les roms sont forcés à devenir fermier, et ne peuvent se déplacer qu’avec une autorisation sous peine de serieuses punitions.
  • 1781, le recensement des roms de Transylvanie montre qu’il y avait 12 686 familles dont 8598 familles sédentaires et 4088 nomades. De ces 12 686 familles 10947 étaient serfs et payaient des taxes à 26 « voivod ».
  • 1783, abolition de l’esclavage en région Bucovine.
  • 1783, en Transylvanie sous le roi Josef II a été établie l’obligation de religion et d’education. L’ordre interdit que les enfants de differents sexes dorment ensemble. Les roms doivent adopter le language et les costumes des natifs de Transylvanie. L’ordre interdit aux roms de vivrent en forêt et l’obligation de devenir paysans est ordonnée. La commerce de cheveaux est interdit ainsi que la pratique de l’artisanat. Le nombre de musiciens est réduit, restant le privilège des plus pauvres, mais dans son ensemble la pratique est interdite.
  • 1784, quarante capitaines de révolte furent torturés.
  • 1785, l’interdiction du marriage mixte est renforcée.
  • 1789,en Transylvanie les roms sont acceptés dans les églises et dans les écoles
  • 1821, un « Taraf » (groupe de musiciens) est massacré
  • 1839, il est admi par la loi qu’un esclave se rachete lui même si son maitre le vend.
  • 1844, en Moldavie les esclaves de l’état sont émancipés à condition qu’ils abandonnent le nomadisme.
  • 1847, la rencontre des pays roumains vote la libération des esclaves des monastères et églises sans aucune compensation.
  • 1848, durant la révolution de 48 abolition de l’esclavage est ordonnée. Ordre qui sera annulé et provoquera la plus grande migration vers l’Europe de l’ouest et en particulier vers la France.
  • 1855, le parlement de Moldavie vote l’abolition de l’esclavage, et offrira une compensation aux maitres. Parmis eux 264 refusèrent.
  • 1856, loi de la libération de tous les esclaves de Roumanie.
  • 1908, dans une famille Calderach venant de Roumanie est née Papucha une des plus importante poete rom.
  • 1919, réunion nationale des roms de Transylvanie, Ibasfalu, Dumbraveni,Sibiu où ils demandent au gouvernement roumain l’égalité des droits.
  • 1933, premier congrès international Rom à Bucarest.
  • 1942-1944, massive déportation de Roms en Transnistria (le comité roumain pour les crimes de guerre reconnait la mort de 38000 Roms)
  • 1946, l’alliance électorale communiste proclame  » les frères et soeurs Roms »
  • 1948, le bureau politique du comité central roumain ignore la reconnaissance d’une minorité rom.
  • 1950, le ministre des affaires etrangère Teoharie Georgescu lance le programme « rééducation des éléments hostiles » en imposant les travaux forcés aux communautés roms pour la construction du socialisme.
  • 1977-1983, programme du parti communiste pour l’intégration des tsiganes; 1. recenssement et sédentarisation des tsiganes; 2. offres d’emploi ; 3.construction d’habitations; 4.état de la santé et organisation d’une assistance social; 5.acces à la culture et à l’éducation. 6.problèmes d’organisation. En réalité aucune de ces mesures ne fut apliqué. En 1990 le ministre des affaires étrangères Mihai chitac annonce publiquement le fait qu’en 1977, le recensement faisait lieu de 1800000 roms (parmis eux 65000 étaient nomades: 5600 avec une activité à plein temps- 900 étant qualifié), et en 1983, on recenssait 2300000 roms en Roumanie.
  • 1982, Nicolae Georghe, un décident rom sociologue, sous le pseudonyme Alexandru Danciu
  • 1989, Dumitru Dinca, un rom Ursari (montreur d’ours) était à la tête du mouvement de révolte de Bucarest qui ouvrit la révolution de Décembre.
  • 2002, vague de migration vers les pays d’Europe de l’ouest avec l’ouverture des frontières.
  • 2011, 2012, 2013, 2014, expulsions massives des roms vivant en Europe de l’ouest qui sont renvoyés en Roumanie. En Roumanie la pauvreté et les discriminations s’intensifient malgré l’engagement qu’a donné le gouvernement roumain d’améliorer leurs conditions de vie.
  •  Budapest et transylvanie 198  Habitation rom en 2014 en Roumanie

 

Le village de Csávás

tocila et carina

Csávás est un petit village situé dans le centre de la Transylvanie, au pied des Carpates. Le village est peuplé de 1000 Roumains (minorité Hongroise), ainsi que de 350 Tsiganes Roms dont 200 enfants.

Le quartier Rom de Csávás ou la  » Tziganie « 

tsiganie csavas

Située à l’écart du reste du village ( comme la plupart des quartiers Tsiganes en Roumanie), la partie Rom de Céuàs se trouve sur la pente de la colline.
Un seul point d’eau -dont le débit est très faible-contribue à alimenter les besoins quotidiens en eau de tous les roms (débit 1l /min en été).
4 rues de terre desservent les habitations. Etant situées sur la pente de la colline, par temps de pluie elles ne sont plus praticables. La boue peut atteindre 30 cm de profondeur durant des semaines.

Conditions de vie

22

Le niveau de vie et les conditions d’hygiène sont très basses. Travaillant essentiellement pour de la nourriture les roms ne possèdent pas d’argent. Ils n’ont donc pas la possibilité d’améliorer leurs habitations (maisons de terre parfois de briques) ni leurs conditions de vie en général.
L’espérance de vie ne dépasse guère cinquante ans : les maladies et la sous-alimentation en sont les responsables directs.
Les habitants de Csavas n’ont pas toujours été si pauvres . Sous le « règne » de Ceausescu tous les roms de Csavas travaillaient dans des fermes d’état situées à plusieurs jours de voyage en charrette, ils avaient le sentiment d’être respectés car ils avaient de quoi se nourrir et de l’argent.
C’est à la chute du régime que la situation des roms s’est détériorée. En effet n’étant pas reconnus par les autorités ils n’ont reçu aucune terre ni habitation.
De plus, ce changement de régime a engendré la montée du nationalisme et fragilisé la situation des Tsiganes.Situation des Roms de Csávás

Situation des Roms de Csávás


Marton Ceuas 204

Aujourd’hui sans emplois et ne possédant pas de terre, la plupart des roms travaillent pour les paysans locaux qui les payent l’équivalent de 2,5 € par jour (en nourriture).
Certains d’entre eux sont également musiciens ou artisans (fabrication de briques, de paniers, de tapis…). Sédentarisés, les possibilités de marchés pour ces artisans sont très réduites ainsi la seule pratique de leur métier ne leur suffit pas à subvenir aux besoins quotidiens. De ce fait les enfants dès l’âge de 12 ans travaillent eux aussi dans les champs. Une seule préoccupation commune : la survie, trouver tous les jours de quoi nourrir sa famille.

Le problème de l’éducation

Csavas

Très peu d’enfants roms se rendent à l’école. Les raisons sont multiples : victimes du racisme ; extrême pauvreté (pas de chaussures ou de vêtements) ; problèmes de communication (la langue maternelle des enfants tsiganes est le Rom, l’enseignement est en roumain et hongrois).
80% des roms de Csàvàs ne savent ni lire ni écrire, ce qui les pénalise à tous les points de vue (professionnel, administatif…)

 

Projets et actions de l’association dans le village depuis 2000


Construction d’un foyer culturel – 2001 NADARA/ MECENES 

Construction-foyer construction2

Le projet de construction d’un foyer culturel dans la partie Rom de Céuàs est né, en Février 2001:

Le 24 decembre 2000, lors d’un bal tsigane organisé à l’intérieur de la salle des fêtes communale par un Japonais, des incidents racistes sont survenus. En effet la salle des fêtes communale est interdite aux tsiganes depuis toujours ( mis à part aux musiciens qui animent tous les mariages et fêtes du village)

La police pourtant présente n’a rien voulu savoir et les tsiganes apres avoir été batus alors qu’ils dansaient sont rentré chez eux plein de déception ( deux Français ont également subit les agressions parcequ’ils portaient des chapeaux tsiganes et on été confondus!)

Après de longues discussions avec le bulibash Csangalo « chef des tsiganes » les roms ont réalisé que la vangeance ne les amenerait à rien de bon ( en cas de conflit la coutume en Roumanie est de bruler les maisons roms pour les reprimender!) Tous ont exprimé le besoin et l’envie d’un lieu de rencontre dans leur quartier. – lieu qui pourrait accueillir des mariages, des manifestations culturelles, des cours pour les enfants et les adultes, des séminaires d’informations, des stages de musique de danse, d’artisanat… Un lieu ouvert à tous, Roms ou non Roms, habitants de Csávás ou pas.

Realisation: Le projet a été réalisé par Alexandra Beaujard vice-présidente de l’association Nadara, Francisc Iambor  » Tocila  » président de l’association Nadara, les Roms du village avec le soutient de la Mairie. Le projet à été dessiné par un architecte local (maison de bois 6m/12m). Les fonds ont été recueillis auprès d’amis musiciens et artistes, en particulier Arnaud Azinala et Monique Badiou, deux amis et mécènes privés.

Apres de longues démarches administrative, les autorisations ont été faites et les travaux ont pu commencer.

L’inauguration du foyer – 2001 NADARA

Foyer csavas-inauguration du foyer-008bis

L’inaufuration du foyer s’est fait en Mai 2001
. Pour l’inauguration de la salle, nous avons organisé, pendant 20 jours, une série de bals au cours desquels les meilleurs musiciens et danseurs de la région se sont succédés sur scène.
Les bals était ouverts à tous et ont attiré tous les jours de plus en plus de visiteurs des villages alentours ou d’ailleurs (Hongrie, France , Italie…)

Eté 2001 : Célébrations de nombreux mariages et baptêmes dans le foyer culturel.

Ecole en plein air

Ecole

Après avoir récupérer du matériel scolaire (cahiers, crayons…), nous avons organiser des journées d’école en plein air avec l’aide de Zita Kovacs ( Roumaine de nationalité Hongroise professeur d’anglais) . Les jeunes roms était trés motivés et trés curieux d’aprendre.

 

 

Construction d’un second puits – 2002 NADARA/PONTO INTER POPULO

achat_materiel construction second puit3

Par le biais des nouvelles techniques de communication (internet) l’association Ponto Inter Populo a pris contact avec notre association en nous proposant son soutient comme elle l’a fait auprès d’autres comunautés défavorisées du monde entier. 

Un projet à été élaborer pour la construction d’un nouveau puits dans la partie Rom de Céuàs.

L’association Ponto inter populo a réuni le financement en organisant des soirées de soutient dans le sud de la France et en recevant des subventions du Collège G. Bonheur et de la Mutualité de l’Aude.

Après une première rencontre à Carcassonne, Véronique Lucchini (une représentante de l’association Ponto Inter Populo) s’est rendu sur place en Roumanie et a pu suivre le déroulement des travaux. Elle a été accueuillie dans la famille du président de l’association.

Realisation:Mai 2002
Le projet à été réalisé en partenariat avec l’association Ponto Inter Populo, la mairie, les artisans et les tsiganes de Ceuas.Les traductions ont été assurées par Alexandra Beaujard de l’association culturelle Nadara.

Après mûres réflexions, nous avons choisi de ne pas faire appel à une entreprise spécialisée dans le forage, car nous avons préférer faire travailler les artisans locaux. De leur coté les tsiganes étaient prêts à travailler bénévolement en contrepartie d’un repas par jour.

Ponto Inter Populo a donc financé du matériel (tubes en ciment et quelques outils), des repas (cuisinés par Maria et Irina) et rémunéré deux artisans hongrois: Le puisatier qui a creusé environ 25 mètres et un ébéniste qui a établi une structure en bois pour protéger le haut du puits.

Ces travaux auront permis de doubler la quantité d’eau pour le village. Cependant, cela ne suffit pas pour arriver à un niveau de vie correct. Les puits ne sont pas à proximité de toutes les demeures et cela reste donc une tâche très difficile pour les adultes comme pour les enfants de se fournir cet élément de première nécessité.

Toutefois cette organisation du travail a engendré une implication plus forte de la part des partenaires et a aussi permis de financer d’autres infrastructures pour la communauté Rom.

Réparation de la route – NADARA/PONTO INTER POPULO

CANAL etalage_gravier4

La volonté des Roms à participer bénévolement aux travaux de la construction du puits a permis d’économiser de l’argent, le puits est en fait revenu à seulement 1020 € quand une entreprise nous demandait plus de 4000€. 

Une réunion a été faite pour décider d’une autre action de première nécessité. 

Ensemble avec les tsiganes nous avons décider d’améliorer la chaussée principale et les rues secondaires de la partie rom qui durant l’hivers devenaient impraticables à cause de la profondeur de la boue.

L’association Ponto inter Populo a financé l’achat de pierres : au total plus de 150 tonnes de pierres ont été déchargé au centre du village (car le mauvais état du pont qui relie le village au quartier rom ne permettait pas le passage des camions) et des repas ( toujours cuisinés par Maria et Irina). 

Plusieurs jours ont servi aux hommes tsiganes pour acheminer les pierres jusque dans le quartier rom (en charrettes tirées par leurs chevaux). Par la suite durant plus de deux semaines ils ont étalé puis tassé les cailloux sur plus de 2km au total.

Les déplacements ont été  facilité et les enfants ont pu se rendre à l’école sans se salir de boue, ceci étant une des causes de leur renvoi auparavant.

De plus, le maire de Ceuas a pu débloquer des fonds sociaux pour les 78 hommes tsiganes qui ont travaillé au profit de la communauté pour améliorer leur quotidien, environ 20 € par personne pour un mois.

 

Reconstruction d’un ancien puits – 2003 NADARA/SAR PHIRDEM

dans le quartier rom- action soutenue par

l’association Sar Phirdem (Fr.), présidée par Dalèle Muller a entendu parlé de nos actions et a décidé de nous soutenir également dans nos projets. Ainsi l’association nous a fait parvenir dans un premier temps une petite somme récolté lors de concerts en France afin d’acheter une partie du matériel et de payer une

partie de la main d’oeuvre, le reste ayant été financé par le groupe musical Nadara Gypsy Band. De ce premier contact une sérieuse collaboration est née entre les deux associations. paralèllement l’association Sar Phirdem était active auprès de la communauté rom en France pour les aider dans leurs démarches administratives.

 

Installation de l’électricité dans la rue centrale du quartier rom- NADARA/SAR PHIRDEM

23-CEUAS-Electrification des rues du quartier tsigane (2) 24-CEUAS-Electrification des rues du quartier tsigane (3) 22-CEUAS-Electrification des rues du quartier tsigane (1)

Alors que la tziganie était dans le noir tous les soirs nous avons fait appel à la mairie pour en savoir la raison. Celle ci nous a confié ne pas avoir de budget pour éléctrifier les rues du quartier rom. Nous avons décidé de rechercher des partenaires pour réaliser nous même l’electrification du quartier. Rapidement l’association Sar Phirdem a été de nouveau présente. L’association a envoyé une représentant, Odile de Lasa, chargé de financer et superviser les travaux. L’association Nadara ayant déjà fait en amont les recherches d’artisant pour chiffrer le materiel necessaire, ila suffit d’aller acheter les lampadaires et les cables afin d’installer les luminaires en tziganie. Cette action qui a été menée par Odile de Lasa de Sar Phirdem, Francisc Iambor, Alexandra Beaujard, et Zoli de Nadara.

 

Organisation de cours de musique et de danse. NADARA

gitans_du_monde_031

Aurlien violon IMG_9838 Budapest et transylvanie 211

Les musiciens de Szászcsávás étant reconnu comme des virtuoses comme les musiciens de Nadara Gypsy Band nous proposons régulièrement depuis 2003 des stages, cours et master classes de musique et de danses tsiganes. ces cours se passent en Roumanie dans le foyer culturel ou dans des festivals ou écoles de musiques à l’étranger.

 

2004

Construction du pont entre le vilage et la tziganie. NADARA/VILLE DE WARNSVELD (Nl)

Jusqu’en 2004 un vieux pont en bois servait de pont entre le village et la tziganie, ce pont desservait aussi deux petites rues parallèles du village. Le pont s’était à moitié effondré et était devenu dangereux. Seul les piétons pouvaient l’empreinter et en se mouillant les pieds car plus personne n’osaient le prendre et préféraient passer la rivière à gués. Nous avons de nouveau appelé le maire pour faire constater les faits et nous avons demander le soutien de la mairie. Celle ci nous a dit ne pas avoir de budget pour cela (une fois n’est pas coutume) mais nous a proposé de le réaliser si nous réunissions la somme de 10 000€ pour sa construction…

Nous avons préféré le faire nous même et c’est en Hollande lors d’une tournée du groupe Nadara Orchestra dans la ville de la ville de Warnsveld (Nl.) que nous avons trouvé le soutien financier pour le réaliser. Après avoir fait les devis et appelé la population rom et hongroise pour travailler bénévolement sur le projet, il nous a suffit 2000€ pour le réaliser. Ce pont est encore présent et solide aujourd’hui il a même été bitumé par la mairie dernièrement lors de l’asphaltage de la route principale de Csàvàs. C’est grâce à notre amie Agnes que nous avons pu réaliser ce projet car c’est elle qui l’a proposé à sa mairie d’origine en Hollande, ainsi que grâce à tous les bénévoles qui ont participé à la construction du pont. Malheureusement nous n’avons pas d’image car l’appareil est passé à l’eau. Le projet a été mené par Francisc Iambor « Tocila » et Alexandra Beaujard.

 2005

Film Transylvania de Tony Gatlif – NADARA / PRINCES FILMS

Assistance, casting des musiciens, casting des danseurs, repérages, traductions, rôles et réalisation de la BO de « Transylvania » de Tony Gatlif.

2007

ABC Les Crayons – NADARA / SAR PHIRDEM

Achat des fournitures nécessaires pour permettre l’alphabétisation des enfants roms du village Csàvàs en Transylvanie.

Odile DE LASA (A titre personnel) : Coordination et collecte des fonds pour le projet.

Alexandra BEAUJARD (Administrateur Asso cult NADARA) : Accueil, coordination, transport, traductions.

Nous remercions Odile DE LASA et tous les donateurs, qui prouvent qu’avec une conjugaison des efforts on peut même avec un petit budget réaliser des choses essentielles qui serviront bientôt à alphabétiser des jeunes roms du village de Csàvàs.

Travaux de rénovation du foyer culturel – NADARA/ SAR PHIRDEM

14 06 12 27 04 29

Travaux de rénovation et de sécurisation de la maison culturelle rom de Csàvàs, mise aux normes UE du système électrique.

Odile DE LASA (Représentante de l’asso SAR PHIRDEM) : Coordination et cofinancement du projet.

Francisc IAMBOR « Tocila » (Président Asso cult NADARA) : Coordination, Organisation des travaux.

Alexandra BEAUJARD (Administrateur Asso cult NADARA) : Acceuil, coordination, transport, traductions.

Ioan POP (Electricien professionnel) : Mise aux normes du système électrique.

La maison a été entièrement sécurisée (installation de cadenas, remplacement des vitres traditionnelles par des vitres anti-casse, installation de panneaux de bois pour renforcer les portes) et des travaux de rénovation ont été réalisés (mise au normes UE du système électrique). La main d’œuvre axée sur le volontariat, était composée de membres de NADARA, de roms de Csàvàs ainsi que de David DUMEAU, bénévole français. La mise aux normes de l’électricité a été réalisée par des professionnels du métier.

Nous remercions l’ensemble des participants à ce rafraichissement de la maison de la culture.

Pile Poele – NADARA/ NI PLUS NI MOINS

7 21 23 24

Achat et installation d’un nouveau poêle à bois dans la maison de la culture du quartier rom de Csàvàs.

David DUMEAU (Trésorier de NI PLUS NI MOINS) : Coordination et financement du projet.

Francisc IAMBOR « Tocila » (Président Asso cult NADARA) : Accueil, coordination et organisation des travaux.

Alexandra BEAUJARD (Administrateur Asso cult NADARA) : Coordination, transport des matériaux, traductions.

Maty ROSTAS et sa femme( Roms calderach, artisants des métaux): Installation du poêle et réalisation de l’évacuation du poêle.

Roms bénévoles de Csàvàs.

Materiel financé par David Dumeau.

Main d’œuvre financé par Nadara.

C’est en septembre 2007 que Mr DUMEAU se rend sur place, à Csàvàs en Transylvanie pour réaliser le projet et ainsi concrétiser le partenariat NI PLUS NI MOINS – NADARA. Après avoir acheté le poêle et le matériel nécessaire à son installation, une base de ciment a été coulée par les roms de Csàvàs comme base pour le poêle. Sur les conseils de Mr IAMBOR un artisan calderach (roms spécialisés dans le travail des métaux) a été contacté et amené sur place pour installer le poêle et réaliser les évacuations nécessaires. C’est avec l’assistance de sa femme qu’il réalisa les travaux.

Pas à pas, réparation de la route et création d’un trottoir. NADARA/ LA COUR DES MIRACLES / FONDATION GRACE DE MONACO

2007(009) 2007(006) 27092007(029) 27092007(028) 27092007(011) 77 27092007(015) 76

Réhabilitation de la route qui mène au quartier rom de Csàvàs et réalisation d’un trottoir.

Sylvain VOGEL (président de l’asso LA COUR DES MIRACLES) : Coordination et financement du projet.

Francisc IAMBOR « Tocila » (Président Asso cult NADARA) : Accueil, coordination et organisation des travaux.

Alexandra BEAUJARD (Administrateur Asso cult NADARA) : Coordination du projet, transport, traductions.

Mairie de Mica : Obtention d’une aide sociale pour les roms bénévoles.

Roms bénévoles de Csàvàs.

Matériel financé par LA COUR DES MIRACLES et la FONDATION PRINCESSE GRACE DE MONACO.

Transport des dalles pour le trottoir : 150€ financé par NADARA.

C’est en Septembre 2007 que Sylvain VOGEL, qui a été notre interlocuteur depuis le début, s’est rendu à Csàvàs pour coordonner et financer le projet. Accueilli et guidé sur place par Mlle BEAUJARD et Mr IAMBOR, divers sites de vente de matériaux on été visités pour trouver les meilleurs prix. Sur les conseils d’un spécialiste du BTP, notre choix s’est arrêté sur de la pierre concassé pour la réhabilitation de la route. Deux camions qui transportaient 30 tonnes de pierres chacun on été déversé au centre du village. Un tractopelle a été loué par l’association NADARA pour aplanir la route et étaler les cailloux. Pour la réalisation du trottoir nous avons opté pour des dalles de bétons  « second hand » qui ont été installées par des roms bénévoles, qui en contrepartie de leur travail ont pu bénéficier d’une aide sociale accordée par la mairie.

Nous remercions Sylvain VOGEL, l’association LA COUR DES MIRACLES, la fondation Princesse de Grace, la Mairie de Mica ainsi que tous les intervenants de ce projet.

Constructions de tables, bancs et fournitures pour le foyer culturel NADARA/ Emmanuelle Froumenty

1 3 16 2007(008) 2007(007) 27092007(030)

Construction de bancs et de tables et isolation du plafond de la maison culturelle.

Emmanuelle FROUMENTY (A titre personnel) : Coordination et cofinancement du projet.

Francisc IAMBOR « Tocila » (Président Asso cult NADARA) : Acceuil, Organisation des travaux.

Alexandra BEAUJARD (Administrateur Asso cult NADARA) : Coordination, transport, traductions.

Dénes et Marton IAMBOR (artisans retraités) : Réalisation des bancs et des tables.

Jeunes roms bénévoles de Csàvàs : ponçage et coups de main.

Materiel : Emmanuelle FROUMENTY

Main d’œuvre : NADARA

Nous remercions Mlle FROUMENTY ainsi que tous les intervenants du projet.

2008

Soutien de la fondation Princesse Grace de Monaco

Suite au concert dirigé par Tony Gatlif de l’ensemble artistique Nadara Gypsy Band au bal de la rose à Monaco, les membres du groupe, aussi membres fondateurs de l’association ont présenté leurs travaux, actions et projets à la princesse de Monaco. Apres délibération du comité de la fondation, celle-ci a accordé à l’association culturelle Nadara la somme de 5000euros répartis sur 5 semestres.

Grace à cette somme l’association a pu acheter le terrain qui accueille la maison de la culture et combler les financements manquants de certains projets et a donc permis la réalisation de :

  • Rénovation de la route du quartier rom
  • Rénovation de l’accès à maison de la culture rom et du toit de la maison de la culture
  • Entretien de l’électricité communale du quartier rom
  • Distribution de vêtements et de jouets aux enfants roms et roumains (de minorité hongroise) à la crèche et maternelle.

A plusieurs reprises des lots de vêtements et de jouets ont été ramenés de France et Autriche par les membres actifs de l’association Nadara, les voyages ont été financés par la fondation Grace de Monaco.

Nous tenons à remercier les donateurs de vetements et de jouets ainsi que la fondation Princesse Grace de Monaco sans qui ces Noëls pour tous d’auraient pas pu se réaliser.

Construction d’un puits – NADARA / GERARD GASSON

Suite à la collaboration de 2007 à la réalisation d’un film documentaire dans le village de Csavas Mr Gasson a assumé son engagement en revenant dans le village pour réaliser un puits à coté de la maison de la culture. En effet cette maison qui accueille aussi bien les mariages, les baptêmes que des bals, des ateliers et des stages avait besoin d’un point d’eau garantissant une source d’eau potable et d’eau pour nettoyer les assiettes, les verres et la maison lors de manifestations.

Rénovation du toit du foyer culturel

Les 7 années écoulées depuis la création de la maison culturelle ont fait coulés pluies, neiges et températures négatives sur le toit de la maison de la culture. On croyait qu’il tiendrait bon jusqu’après un orage il a bougé, son remplacement devint une urgence.

Grace au don de la fondation Princesse Grace de Monaco nous avons pu acheter le matériel nécessaire et avec l’aide des roms le toit a été refait en quelques jours.

La maison est « recoiffée » on espère pour longtemps !

Concerts du groupe Nadara Gyspsy Band :

  • Festival de Cannes
  • Foire de Paris
  • Opéra de Lyon
  • Organisation de l’enregistrement d’un nouveau cd en Hollande
  • Tournage d’une partie du film « Liberté » en Roumanie à Abus, casting des 160 roms figurants dans le film. Plusieurs roms de Csavas ont des 1ers rôles dans le film. Le président de l’association et violoniste de Nadara tient le 1er violon dans la bande originale du film aux cotés d’Ovidiu Bartes et Sandu Ciorba.

Organisation de discussions et de bals dans différentes villes européennes (Paris, Bologne, Venise, Palerme) autours de la discrimination commune entre différentes minorités comme les roms, les homosexuels, les musiciens précaires, les femmes immigrées.

Projet en collaboration avec Mit Bologne, la ville de Venise. Projet financé par l’Union Européenne.

Accueillis par la ville de Lille, France à l’occasion de Lille 3000, 12 artistes roms se sont rendu en France durant 10 jours. Au programme pour les écoles 4 jours d’ateliers de découvertes de la culture rom, ateliers de vannerie, cours de danses et pour les adultes 4 soirées de concerts des groupes Nadara Gypsy band et Szaszcsavas. Projet financé par La maison folie de la ville de Lille, France.

En collaboration avec l’association Musica Viva, participation à un échange interculturel en Italie où se sont retrouvés des jeunes espagnols, français, Italiens, roumains, portugais.

Echange de musiques, ateliers de danses traditionnelles, débats, expo, spectacles. Projet financé par l’Union Européenne.

Invités spéciaux de l’Opéra de Lyon en Mars, Nadara a rempli 3 soirs d’affilé la salle de l’auditorium. La ville de Lyon les a de nouveau invités lors de la soirée d’inauguration officielle de la biennale de la danse à Lyon devant ministres et députés, ainsi que de nombreux artistes internationaux.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s